Histoire du GRAVIOLA COROSSOL

Boutique Biologiquement.com
[Total : 12    Moyenne : 3.5/5]

En 1976, un médecin de l’Université de Pardue en Californie, le Dr Jerry McLaughlin, a découvert les acétogénines du Graviola Corossol, elles sont considérés comme des substances anti-cancers naturelles d’une grande puissance.

Voici encore un remède naturel ayant entres autres multiples applications, le pouvoir de guérir le cancer, ce qui a été scientifiquement prouvé, mais caché. Pourquoi ? Parce qu’étant simplement une plante, elle ne peut être brevetée. Il s’agit du Graviola (nom latin : Annona Muricata) qui se nomme Guanabana au Brésil et Corossol aux États-Unis.
C’est un arbre toujours vert de 6 à 15 mètre de hauteur qui pousse dans les forêts tropicales. Son fruit de 20 à 40 cm de diamètre a la forme d’un cœur avec une sorte de peau ressemblant à un grand cactus. Sa chair blanche est succulente et les gens peuvent l’acheter sur les marchés locaux.

Les tribus indiennes utilisent le Graviola bio depuis des siècles

Toutes les parties de l’arbre (feuilles, racines, tronc, écorce, graines) contiennent chacune des principes de guérison spécifiques concernant différentes maladies et déséquilibres de santé.
Selon les traditions du Brésil, les racines, le tronc et les feuilles sont utilisés comme sédatif – la nervosité, les catarrhes, les parasites – et comme galactogène des nouvelles accouchées. Dans d’autres pays d’Amérique Latine, ils sont aussi utilisés comme tonicardiaque moyen, et contre le diabète. Au Brésil, on prépare un mélange à partir d’un fruit immature mélangé avec de l’huile d’olive en tant que traitement externe pour l’arthrite et les rhumatismes.

Après avoir étudié la médecine ethnologique des indigènes de l’Amazonie et leur connaissance de la nature, nous devons nous demander concernant la vie et la santé, qui est le plus avancé ?
Ils n’ont pas d’hôpitaux, mais ils n’ont pas de cancers. Ils n’ont pas non plus de laboratoires pour transformer une plante en pilules, mais ils savent guérir sans ces artifices. Ces indigènes nous montrent comment vivre avec la nature et comment la nature offre tout ce dont nous avons besoin pour une vie saine.

Le point des recherches en cancérologie

En 1976, des recherches approfondies de « l’Institut national du cancer » des États-Unis sur le corossol bio ont abouti à la guérison rapide d’un « adénocarcinome » du gros intestin. Les composants actifs qui ont permis cela ont été isolés par le chercheur allemand et oncologue Helmut Keller et trois scientifiques associés; il s’agit des acétogénines qui ont été confirmées très efficace pour tuer de nombreux types des cellules tumorales sans pour autant toucher aux cellules saines.
Plusieurs résultats de l’étude ont été publiés, mais ont été suivies d’un silence fracassant… De guerre lasse, les chercheurs ont abandonné et laissé les résultats miraculeux dans les tiroirs de leur institut.

La même année, un médecin de l’Université de Pardue en Californie, le Dr Jerry McLaughlin, a découvert les acétogénines du Graviola Corossol bio , (il y en a 82) qui sont considérés comme des substances anti-cancers naturelles des plus puissances.

A la fin des années 90, l’un des scientifiques qui faisait partie de l’une des équipes de recherche a rompu le silence pour des raisons de conscience et quelques-uns des rapports sont devenus accessibles pour le monde de la médecine. Simultanément, des chercheurs Brésiliens sont allés en Amazonie pour étudier les plantes de la forêt tropicale. Ils se sont intégrés au sein des populations autochtones afin d’apprendre leurs connaissances ancestrales sur la guérison par les plantes locales.

Dès 1996, toutes les études des différents laboratoires ont conduit à la même conclusion, que les Acétogénines du Graviola ont une composante leur permettant de reconnaître les cellules malades, et de les isoler afin de les priver des nutriments manquants, ceci entraînant ainsi leur mort. Leurs résultats ont été publiés dans 8 études cliniques.

En 1997, un petit groupe de scientifiques a découvert que le Graviola contient également des alcaloïdes qui ont un effet antidépressif. Dans la même année, l’UNIVERSITÉ a publié une nouvelle information exceptionnelle démontrant encore plus de pouvoirs au sujet du Graviola. En effet, les études cliniques ont confirmé que les « acétonines Annonacae » du Graviola ne tuent pas seulement les cellules cancéreuses courantes, mais qu’ils sont également très efficaces pour tuer les cellules cancéreuses résistantes sur la chimiothérapie. Cette enquête explique comment cela est possible : les cellules cancéreuses qui survivent à la chimiothérapie ont développé une résistance contre de nombreux autres types de médicaments, appelé Multi-Drug-Resistant ce qui les immunises contre tout traitement ; et ceci conduit à 100% les patients « chimiqués » à la mort !

Selon Jerry McLaughlin, scientifique à Purdue, le Graviola semble stopper l’approvisionnement en énergie des cellules cancéreuses.

Le graviola corossol
Le graviola corossol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recherche

Produit antioxidant anti-cancer naturel puissant

Suivez-nous sur note page Facebook

Boutique Biologiquement.com
Suivez-nous sur :